Aubergines à la casserole

En relisant Un siècle d’or espagnol pour préparer un cour, je suis tombé sur quelques recettes de Diego de Granada, cuisinier de la cour de Philippe III d’Espagne, qui publia un Livre de l’Art de la Cuisine en 1599. Sur 763 recettes, Bennassar en reproduit deux, dans un savoureux (!) passage de son ouvrage. L’une de ces recettes est une capillotade perdrix à la braise, mais je reproduirai ici celle qui comporte les ingrédients les plus accessibles dans votre cuisine:

Aubergines à la casserole

Vous pelez des aubergines et les coupez ensuite en trois ou quatre morceaux chacune. Faites cuire dans du bouillon de mouton avec deux oignons. Une fois les aubergines bien cuites vous les coupez menu sur la planche, vous ajoutez du bon fromage d’Aragon râpé et quelques jaunes d’œufs, vous malaxez et vous hachez menu comme s’il s’agissait de farcir un chevreau. Relever avec des épices fines: gingembre, noix de muscade, persil. Mettre la casserole au feu. Quand le plat est bien doré le retirer du four et ajouter sucre et cannelle .

Bon, d’accord, on ne trouve pas trop de fromage d’Aragon dans les fromageries montréalaises et le bouillon de mouton n’est pas notre plus commun, il y a donc quelques substituts à réfléchir.
Si vous avez été assez aventureux, laissez-moi-le savoir!

Bibliographie

Diffuser la Réforme

Puisque ces temps-ci, je révise un peu les notes que j’ai prises à l’occasion de cours que j’ai déjà donnés, je retombe sur quelques bricoles intéressantes. Comme je l’ai dit récemment, j’essayais en donnant mon cours d’Europe moderne de donner à mes étudiants le moyen de reconstituer après coup certaines choses que j’affirmais dans mon cours. Au moment d’enseigner la Réforme, quelques extraits renvoyaient à l’ouvrage de Bernard Cottret, Histoire de la Réforme protestante, récent, accessible et citant nombre de sources, qui tente une histoire de la Réforme sous l’angle d’une triple biographie, Martin Luther, Jean Calvin et John Wesley. L’extrait suivant provient de la partie sur la vie de Jean Calvin et illustre l’une des méthodes qui furent employés par les propagateurs de la Réforme pour gagner à leur cause les populations de certaines villes et régions. Trois mois après que Calvin se soit établi à Genève, du 1er au 8 octobre 1536, Calvin fut envoyé à Lausanne, à titre de représentant de Genève, pour débattre avec des contradicteurs catholiques des mérites comparés de la Réforme et du catholicisme. Cottret commente:

Débat contradictoire, dans la lignée de la disputatio universitaire médiévale. Mais depuis Luther, et plus encore, depuis Zwingli, cet exercice rhétorique avait permis aux protestants, rompus à la dialectique, de gagner de nombreuses cités, voire des régions entières. Zurich, Berne et Genève avaient connu leur dispute, véritable acte inaugural de la Réforme. La dispute était du reste sortie du cadre universitaire et apparaissait de plus en plus comme une véritable confrontation. Les populations entières étaient convoquées, à la demande des magistrats, déjà convaincus, pour assister à la défaite rhétorique du catholicisme romain. La recette est simple. Prenez deux ou trois partisans de la Réforme, particulièrement brillants, et opposez-les à un quarteron d’ecclésiastiques un peu dépassés par les événements, et obligés de d’exprimer en un allemand ou un français accessibles aux masses. Précisez les règles du jeu: le recours à l’Écriture. Et vous êtes sûr du résultat. Le duel est inégal; la « vérité évangélique » ne  peut que l’emporter là où il n’y a plus d’argument d’autorité. Du moins est-ce ainsi que l’on percevait, côté protestant, la situation. » 

Dans les guerres idéologiques, comme dans les guerres tout court, mieux vaut ne pas laisser de chance à l’adversaire!

Bibliographie

Référence que je n’ai pas lu et aurait dû lire pour ce billet:

É. Junod (dir.), La Dispute de Lausanne, Lausanne, Bibliothèque historique vaudoise, 1988.