La croisade de Ferdinand d’Aragon

Je note souvent à quel point les recherches font rencontrer des sujets et des questionnements qui ne sont pas ceux auxquels ont se consacre (par exemple ici). Ce billet en donnera un nouvel exemple. Mes projets de recherche actuels accordent de plus en plus de place à la question des idéologies politiques. C’est l’une des raisons qui m’ont poussé à approfondir la question de « l’absolutisme » dans le cadre espagnol, question délicate car la notion d’absolutisme a tendance à introduire des biais francocentrés. C’est donc pour approfondir la question de l’absolutisme en Espagne que je me suis plongé dans Pouvoir royal et absolutisme dans l’Espagne du XVIe siècle, d’Alain Milhou, un livre peu connu, mais écrit par un grand historien de l’Espagne. Il s’agit en fait d’une compilation d’articles auxquels ont été ajouté trois études inédites, le tout prenant une unité nouvelle dans l’exercice.

C’est dans une étude sur le messianisme d’État, un sujet qu’il étudie depuis longtemps , que Milhou aborde la question de la croisade chez Ferdinand II d’Aragon. Après la prise de Constantinople par les Turcs en 1453, la papauté revendiquait un impôt de croisade pour mener le combat contre les Trucs. Cette opportunité fiscale a rapidement attiré l’intérêt des souverains. En Espagne, en 1481, les Rois catholiques (Isabelle de Castille et Ferdinand d’Aragon), qui avaient pris le pouvoir en Castille au terme d’une guerre civile, se préparaient à envahir l’émirat de Grenade, la dernière formation politique musulmane de la péninsule ibérique. Ils ont ainsi utilisé l’argument de la guerre contre l’infidèle pour lever l’impôt de croisade à leur profit (plutôt que de le reverser au Pape) . La représentation de Grenade comme une « Jérusalem d’Occident » permettait d’associer la conquête de l’émirat à l’imagerie de la croisade . La guerre dura dix ans et la conquête de Grenade fut achevée en 1492 .

Mais pour Ferdinand, la croisade ne s’arrêtait pas là. Alain Milhou indique que, dans son esprit, l’étape suivante était la conquête du royaume de Tunis et de l’Égypte. Tripoli, en Lybie, fut prise en 1510 et devait constituer une tête de pont vers l’Égypte. Ce n’était pas la première cité sur la côte africaine dont les Ibériques faisaient la conquête: Mellila (1497), Mers-el-Kébir (1505), Peñón de Vélez de la Gomera (1508), Oran (1509, prise par le Cardinal Cisneros), Bougie (1510, la même année que Tripoli). Alger et Tunis, plutôt que de prendre le risque de livrer bataille contre un royaume en pleine extension, préférèrent prêter un serment d’allégence au roi d’Aragon. Après la prise de Tripoli, Ferdinand subit toutefois deux revers: aux îles de Djerba (1510) et  Kerkennah (1511). Cette politique de conquêtes sur la côte africaine obéissait à des considérations stratégiques, afin d’empêcher que ces ports puissent abriter des corsaires ou des flottes hostiles, mais d’après Milhou (qui lui-même s’appuie sur les travaux de José María Doussinague), Ferdinand avait également pour projet de faire la conquête d’Alexandrie, puis de la Grèce, de Constantinople, et enfin de Jérusalem . La conquête du royaume de Naples, terre chrétienne, peut paraît éloignée de telles préoccupations croisées. Cependant, outre sa position centrale en Méditerranée, le royaume de Naples occupait une place essentielle dans l’imaginaire croisé: depuis les complexes chassés-croisés des alliances matrimoniales de l’époque des croisades, le titre de roi de Naples s’était retrouvé associé à celui de roi de Jérusalem: quiconque était roi de Naples pouvait ainsi revendiquer, au moins symboliquement, l’héritage du royaume croisé de Jérusalem. C’était là un élément du projet de Charles VIII lorsqu’il fut en Italie. Ferdinand n’y fut pas insensible non plus.

Cependant, ce que la croisade de Ferdinand montre aussi, c’est que les habitants de ses royaumes, eux, n’y adhéraient pas beaucoup. L’expédition de Tripoli ne souleva pas l’enthousiasme en Castille. Alors que Ferdinand se préparait à se rendre à Tunis, en 1510, il reçu plusieurs protestations des cités castillanes. Les Sévillans exprimèrent leur point de vue de manière pragmatique: il valait mieux consolider les conquêtes sur la côte marocaine pour protéger le sud espagnol que de partir en expédition vers Tunis ou Tripoli, jugées lointaines et peu menaçantes . D’une manière générale, les cités castillanes se montrèrent favorables aux expéditions contre des villes comme Oran, Tlemcen ou Alger, mais Tunis leur paraissait déjà lointaine. L’épisode montre que, quoique Ferdinand ait réellement pensé sur la possibilité de prendre Alexandrie, Istanbul et Jérusalem, des forces politiques plus profondes étaient en mesure d’entraver son action.

Bibliographie

Complément de lecture: https://cdlm.revues.org/840?lang=en#bodyftn4

La référence que je n’ai pas lue, mais aurais du lire avant d’écrire ce billet: 

José María Doussinague, La política internacional de Fernando el Católico, Madrid, Espasa-Calpe, 1944.

One thought on “La croisade de Ferdinand d’Aragon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*